Alger et Pékin entendent densifier « le partenariat stratégique global »

0
Alger et Pékin entendent densifier
Alger et Pékin entendent densifier "le partenariat stratégique global"

Alger et Pékin veulent donner un nouvel élan au « Partenariat stratégique global » qui les lie depuis 2014.


« Nous avons abordé le partenariat stratégique global entre Alger et Pékin. Nous sommes parvenus à la conclusion que nous avons pu faire beaucoup de réalisations, mais nous pouvons faire plus en élargissant les domaines de coopération à la faveur d’un partenariat gagnant-gagnant », a déclaré, lundi 19 juillet 2021, Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger.


« Nous avons renouvelé la détermination pour hisser ce partenariat stratégique au niveau de la volonté politique historique entre les deux pays depuis que la Chine populaire a reconnu le GPRA(Gouvernement provisoire de la République algérienne) en 1958 », a-t-il ajouté.


Ramtane Lamamra recevait son homologue chinois Wang Yi en visite officielle en Algérie.


L’Algérie avait soutenu le retour de la Chine à l’ONU en 1971

Wang Yi  a rappelé que l’Algérie avait soutenu en 1971, « aux côtés d’autres pays en voie de développement », le retour de la Chine aux Nations-Unies. « 50 années après, il est nécessaire de consolider la confiance et raffermir l’amitié entre les deux pays », a-t-il dit.
Le 25 octobre 1971, les pays membres de l’ONU ont adopté une résolution proposée par l’Albanie permettant l’admission de la République populaire de Chine et le départ de Taïwan qui y siégeait depuis les années 1950.


« La Chine joue actuellement un rôle important au sein du Conseil de sécurité de l’ONU », a estimé Ramtane Lamamra.
Selon lui, les deux pays partagent le même point de vue sur certaines questions internationales et régionales et ont des points de vue rapprochés sur certaines autres.


L’Initiative arabe de paix toujours valable, selon Lamamra

« Nous avons discuté avec beaucoup de franchise de la question palestinienne, insisté sur le soutien des deux pays à l’établissement de l’Etat palestinien indépendant avec El Qods comme capitale. Nous avons également parlé de la crise au Moyen-Orient et insisté sur la pertinence et la validité de l’initiative arabe de paix. La Chine appuie la solution des deux Etats, vivant côte à côte dans la sécurité et la stabilité », a déclaré Ramtane Lamamra.


Adoptée au Sommet arabe de Beyrouth en 2002, et confirmée en 2007 à Riyad, l’Initiative de paix arabe, proposée par l’Arabie Saoudite, refusée par l’Irak et la Libye, prévoit, entre autres, la création d’un État palestinien « indépendant et souverain » sur les territoires palestiniens occupés depuis juin 1967 par Israël en Cisjordanie et dans la bande de Ghaza avec Jérusalem-Est pour capitale.


La crise en Libye et le dossier du Sahara-Occidental ont également été abordés par les chefs de la diplomatie des deux pays.


Alger soutient les efforts de la Chine en Afrique

« Nous avons aussi parlé du soutien de la Chine au développement en Afrique. Nous la remercions pour tous types de soutien qu’elle apporte au continent et aux pays africains », a déclaré Ramtane Lamamra.


L’Algérie et la Chine sont, selon Wang Yi, des partenaires intimes. « Il y a entre les deux parties une confiance et un soutien mutuels. L’amitié entre les deux pays a résisté à toutes les épreuves et à toutes les mutations à l’échelle internationale. Il y a un  déséquilibre et une injustice dans les relations internationales. L’Algérie et la Chine représentent les pays en développement.  Nous veillerons au renforcement de l’unité et de la solidarité pour préserver les droits et intérêts des pays en voie de développement », a déclaré le chef de la diplomatie chinoise.


Progrès dans le projet du port d’El Hamdania

Selon l’agence Xinhua, la Chine et l’Algérie doivent mener « dès que possible » des consultations concernant la signature d’un nouveau plan quinquennal pour le partenariat stratégique globale et d’un plan d’application pour la construction conjointe de l’Initiative la Ceinture et la Route (ICR), d’effectuer de solides progrès dans les importants projets de coopération tels que le port central d’El Hamdania, « et d’aider l’Algérie à accélérer la réalisation d’un développement indépendant et durable ».


L’Algérie souhaite que l’investissement direct chinois soit plus important. L’Algérie, pour rappel, a adhéré à l’Initiative chinoise de « la Ceinture et la route », après le sommet Chine-Afrique en 2018, dans une perspective de modernisation des plates-formes logistiques de transport. Le ministre chinois des Affaires étrangères est en tournée depuis le 17 juillet. Il a visité la Syrie, l’Egypte et l’Algérie.

Article précédentCovid-19: Pékin s’engage à fournir des vaccins à l’Algérie jusqu’à « l’éradication totale » de la pandémie
Article suivantAssoul, Lamamra, Chanegriha, les fils Nezzar et Gaïd Salah, Saïd Bouteflika…Le Maroc espionne large en Algérie

Laisser un commentaire