Air Algérie: deux syndicats expriment un « désarroi » et appellent à la reprise des vols domestiques

1
Air Algérie: deux syndicats expriment un
Air Algérie: deux syndicats expriment un "désarroi" et appellent à la reprise des vols domestiques"
Google Actualites 24H Algerie

Deux syndicats de de la compagnie aérienne Air Algérie, l’UGTA et le syndicat des pilotes de lignes algériens (SPLA), tirent la sonnette d’alarme et expriment « le désarroi et la profonde inquiétude » du personnel de la société. Les auteurs d’un communiqué diffusé ce samedi 28 novembre 2020 ont appelé à la reprise des vols domestiques.

Les syndicats se sont dits « inquiets » du devenir d’Air Algérie, « dans la mesure où notre compagnie s’est limitée à la réalisations de quelques vols de rapatriement à perte et l’activité cargo » depuis la fermeture des frontières en mars 2020, en raison de l’épidémie de coronavirus.

« D’autres compagnies transportent des passagers de et vers l’Algérie à des tarifs exorbitants, souvent exigés en devises (…) une situation préjudiciable pour Air Algérie », lit-on encore dans le communiqué, qui cite un « manque à gagner sur le court terme et perte de clientèle sur le moyen terme. »

Les deux syndicats ont aussi fait part de leur surprise « d’apprendre par les médias, des décisions annonçant la création de compagnies privées et ne maintenir la compagnie Air Algérie que sur l’international, en excluant tout support financier ». Début octobre, à l’issue du Conseil des ministres, une réouverture des aéroports intérieurs fermés et de la création de compagnies spéciales ont été annoncées dans un communiqué.

« Asphyxiée sur le plan financier, Air Algérie verse de ses fonds propres les salaires de 10.000 travailleurs, contrairement à des compagnies qui sont passées sans attendre à des mesures sociales douloureuses », poursuivent les deux syndicats, qui se plaignent que Air Algérie est « attaquée sur les médias, étant qualifiée de gouffre financier ».

Le personnel de la compagnie est ainsi sujet à un « désarroi total et une profonde inquiétude sur son devenir, accentuées par les rumeurs de liquidation ».

« Les syndicats interpellent les pouvoirs publics en toute urgence pour reprendre ses activités et rouvrir les vols domestiques ». Les auteurs du communiqué y voient trois bonnes raisons à le faire, à savoir « faciliter les conditions de transport à nos compatriotes du sud », la « mise en place du protocole sanitaire » en guise de test en vue d’une réouverture des frontières malgré le coronavirus, dont l’épidémie « dure dans le temps » et le maintien de « l’état de navigabilité de la flotte et les compétences du personnel ».

Contrainte à clouer ses avions au sol depuis la suspension du trafic aérien, « ce qui coute plus cher qu’un vol a minima », Air Algérie devrait enregistrer, cette année, des pertes estimées à 35 milliards de dinars, selon le ministre des Finances.

Article précédentYasmina Gharbi Mechakra, une étoile filante dans le ciel littéraire algérien
Article suivantCoronavirus: 1044 nouveaux cas, 21 décès en 24h

1 commentaire

Laisser un commentaire