A Alger, Abdulhamid Al Dabaiba appelle au retrait des mercenaires présents dans le sahara libyen

1
A Alger, Abdulhamid Al Dabaiba appelle au retrait des mercenaires présents dans le sahara libyen
A Alger, Abdulhamid Al Dabaiba appelle au retrait des mercenaires présents dans le sahara libyen

Abdulhamid Al Dabaiba, chef du gouvernement unifié de Libye, était en visite officielle en Algérie, la première depuis sa désignation après un processus mené par l’ONU en février 2021.

Abdulhamid Al-Dabaiba, venu avec une forte délégation de ministres et d’hommes d’affaires, a été reçu, ce dimanche 30 mai 2021, par le président Abdelmadjid Tebboune au Palais d’El Mouradia à Alger.


Selon un communiqué, publié sur la page Facebook officielle de la Présidence de la République, les discussions ont porté sur les voies et moyens d’intensifier et de renforcer la coopération bilatérale dans tous les domaines, « notamment la coordination sécuritaire, la lutte contre la criminalité transfrontalière, la protection des frontières communes, ainsi que l’augmentation des échanges commerciaux, à travers l’ouverture de l’espace aérien et d’autres voies pouvant être ouvertes ».

« Consolidation de la réconciliation inter-libyenne »

« La visite était une opportunité de réaffirmer le rôle pivot de l’Algérie dans la consolidation de la réconciliation inter-libyenne et le parachèvement du processus de règlement politique, étant la seule voie à même de garantir la souveraineté de l’Etat libyen et de son unité territoriale », est-il souligné.

Abdulhamid Al Dabaiba souligné l’importance de la coopération sécuritaire


Abdulhamid Al Dabaiba a, dans une déclaration à la presse, souligné l’importance de la coopération sécuritaire avec l’Algérie et parlé d’accords sur la sécurisation des frontières terrestres communes.


Alger et Tripoli finalisent actuellement des discussions pour rouvrir le poste frontalier Debdeb/Ghadames, fermé depuis plus de huit ans. Une action est menée pour ouvrir un deuxième poste (du côté d’Illizi).  

Les deux capitales travaillent pour rétablir les liaisons aériennes suspendues en raison de la situation politique et sécuritaire instable en Libye.


Le rôle de l’Algérie qualifié de « positif »

« Nous demandons à la communauté internationale de s’opposer aux forces et aux mercenaires étrangers qui se trouvent dans notre grand Sahara », a déclaré Abdulhamid Al Dabaiba.


Cet appel a été lancé par Tripoli fin mars 2021 lors d’une conférence dans la capitale libyenne en présence des ministres des Affaires étrangères d’Allemagne, d’Italie et de France. Selon l’ONU, près de 20.000 mercenaires sont en « opération » en Libye, au service de plusieurs capitales.


« Nous saluons le rôle constant de l’Algérie et ses efforts inlassables pour préserver la souveraineté libyenne, son intégrité territoriale et son indépendance en sus de sa solidarité pleine pour réaliser la réconciliation nationale », a déclaré, à Alger, Najla Al-Mangouche, ministre des Affaires étrangères de Libye, après une rencontre avec son homologue algérien Sabri Boukadoum.


Elle a qualifié le rôle de l’Algérie de positif avec l’accompagnement du processus de l’ONU pour aboutir à l’accord politique de Genève de février 2021. Cet accord prévoit l’organisation d’élections générales le 24 décembre 2021 devant doter la Libye d’institutions légitimes après dix ans de vacuité politique et d’instabilité sécuritaire.


Alger soutient le processus de Genève

Sabri Boukadoum, a, pour sa part, réaffirmé « l’appui et la solidarité illimités » de l’Algérie avec le peuple libyen pour l’aider à « surmonter la crise et à soutenir les efforts des autorités libyennes à rétablir la stabilité politique et sécuritaire et « à consacrer la réconciliation nationale, à travers l’unification des institutions en prévision des prochaines échéances importantes ».

Alger soutient la tenue des élections générales en Libye fin 2021. « Des élections libres et intègres qui préservent l’intégrité et l’unité du territoire libyen et mettent la Libye sur les rails de la reconstruction, de la prospérité et de la croissance », a plaidé le chef de la diplomatie algérienne.


« L’Algérie est qualifiée pour consolider et contribuer à la réconciliation inter libyenne. Durant les dix dernières années, l’Algérie ne s’est pas ingérée dans les problèmes internes de la Libye », a soutenu Abdulhamid Al Dabaiba.


Il a appelé à augmenter le volume des échanges commerciaux entre les deux pays et à consolider la coopération dans le domaine de l’énergie électrique et de la santé.

 
Selon Sabri Boukadoum, les deux pays veulent insuffler « une nouvelle dynamique » aux relations politiques et économiques. D’où la tenue à Alger du Forum d’affaires algéro-libyens.


« La diplomatie algérienne n’a ménagé aucun effort et s’est mobilisée avec tout ce dont elle dispose comme capital et force d’influence au double plan régional et international, afin que la Libye retrouve sa place au sein du Maghreb Arabe, en Afrique et dans la concert des Nations », a-t-il soutenu.

Article précédentConseil des ministres: frais de confinement baissé de 20%, étudiants et personnes âgées dispensés
Article suivantForum d’affaires algéro-libyens: les opérateurs algériens invités à reconstruire les villes libyennes

1 commentaire

  1. […] Près de 400 hommes d’affaires, dont 150 libyens, étaient présent a ce forum algéro-libyens à l’hôtel El Aurassi, à Alger, à la faveur d’un Forum économique, tenu les samedi et dimanche 29 et 30 mai 2021, le deuxième du genre en une année, en marge d’une visite officielle en Algérie d’Abdulhamid Al-Dabaiba, chef du gouvernement unifié de Libye, la première depuis sa désignation, à la faveur d’un processus onusien, en février 2021. Un salon des produits algériens pouvant intéresser le marché libyen a été ouvert au Palais des expositions des Pins maritimes (Safex), inauguré par le Premier ministre Abdelaziz Djerad et son homologue libyen Abdulhamid Al-Dabaiba. […]

Laisser un commentaire