Abdelmadjid Attar: « Nous consommons 50% de notre production du gaz »

1
Abdelmadjid Attar:
Abdelmadjid Attar: "Nous consommons 50 % de notre production du gaz"

La consommation de gaz et de pétrole est en hausse en Algérie. A l’inverse, la production tend à baisser. Crise en vue.

« Nos réserves de gaz et de pétrole baissent d’année en année. Dans les années 1990 et au début des années 2000, il y a eu beaucoup de contrats d’exploration. Après, ces explorations ont baissé. La consommation intérieure augmente de 5,4 % chaque année pour le gaz, le pétrole, le carburant et l’électricité. C’est beaucoup. Actuellement, nous consommons 50 % de notre production de gaz », a déclaré, ce lundi 25 janvier 2020, Abdelmadjid Attar, ministre de l’Energie, invité du Forum de la Chaîne Une de la radio nationale.

L’Algérie est, selon lui, obligée de relancer les opérations d’exploration de gaz et de pétrole dans de « nouvelles zones ». « Nous devons explorer et développer de nouveaux champs rapidement. Il faut également augmenter le taux de récupération du gaz et du pétrole des champs déjà en exploitation. Le taux global de récupération du pétrole est actuellement de 28/29 %. Au champ de Hassi Berkine, on peut atteindre un taux de 40 % alors que dans d’autres, il ne dépasse pas les 20 %, a-t-il déclaré.

M. Attar plaide pour une amélioration du taux de récupération, à travers de nouvelles techniques et de nouveaux investissements « nécessaires ».

« Impossible d’avoir de nouveaux Hassi Messaoud ou Hassi Rmel »

Attar a précisé que la loi 19/13 sur les hydrocarbures, adoptée en décembre 2019, a pour but d’attirer des investisseurs étrangers vers le secteur pétrolier et gazier en Algérie. Il a notamment évoqué la reconduction des contrats de « production sharing » (partage de production), qui existaient déjà dans la loi de 1986, et la réduction de la fiscalité.

« Il faut le dire franchement, les champs à explorer seront petits. Tous les experts le disent : il est impossible d’avoir de nouveaux Hassi Messaoud ou Hassi Rmel. Quand le champ est petit, il faut garantir un minimum de bénéfice aux partenaires étrangers qui investissent dans l’exploration », a expliqué le ministre.

Il a annoncé que la nouvelle loi sur les hydrocarbures entrera en vigueur durant le premier trimestre 2021 après l’adoption des textes d’application au nombre de 48. Il a reconnu l’existence d’un certain retard dans l’élaboration de ces textes.


« 70 % du parc roulant en Algérie utilise de gasoil »

Le ministre de l’Energie a, par ailleurs, annoncé que l’Algérie n’importera plus d’essence. « Durant cette année, nous allons produire qu’un seul type d’essence, le sans-plomb avec un indice d’octane de 91. Le remplacement se fera graduellement », a-t-il indiqué.

Et de poursuivre: « 70 % du parc roulant en Algérie utilise du gasoil, nous avons pulvérisé tous les records de consommation. Les capacités actuelles de raffinage ne suffisent pas à répondre à nos besoins. Sonatrach a un projet à Hassi Messaoud (raffinerie). La production débutera fin 2024. Après, nous n’importerons plus de gasoil », a indiqué Abdelmadjid Attar en plaidant pour la transition énergétique.

Article précédentThéâtre: Le prix de la meilleure interprétation décerné à Thiziri Benyoucef et Ahmed Brik Chaouche
Article suivantPolémique sur l’efficacité du vaccin AstraZeneca chez les personnes âgées

1 commentaire

Laisser un commentaire