À Oran, La Fourmi sera le premier Café-théâtre en Algérie

1
Café théatre
Café théatre "La Fourmi"

La Fourmi est le nouveau café-théâtre d’Oran. Il sera le premier en Algérie. Selon ses concepteurs, cet espace de 120 places sera opérationnel dès le début septembre 2020. « Le lancement des activités culturelles dépendra de la situation sanitaire dans le pays. La Fourmi est une idée de Mohamed Affane. Un homme qui a toujours été proche du milieu de la culture. Il est l’ami de Cheb Khaled.

A ce titre, il a contribué en 1989 à l’album « Kutché » en rapprochant le chanteur du colonel Senouci (qui gérait le complexe Riadh El Feth à l’époque). Les stars du Rai se retrouvaient souvent dans son restaurant « L’Orée du ciel », qui était à l’aéroport d’Oran.

Mohamed Affane, qui est propriétaire de l’hôtel Liberté à Oran, a vécu à New York, au Martinique, en France et au Sénégal. Dans ces pays, il a vu les Cafés-théâtre. Son rêve était de construire un café de ce genre en Algérie. « Il m’a contacté en mars 2020 pour lancer et suivre le projet. Il m’a dit que le projet sera achevé en cinq mois. Les travaux, qui ont été lancés le 16 mars 2020, sont à 70 % d’achèvement  », précise à 24 H Algérie, Mourad Senouci, consultant artistique pour le projet La Fourmi.

Pourquoi l’appellation La Fourmi? « C’est une manière de changer un peu et d’éviter les appellations classiques.La fourmi est un insect patient, travailleur et persévérant. Un petit insecte qui peut prendre une charge lourde », répond Mourad Senouci, journaliste, dramaturge et actuel directeur du Théâtre régional Abdelkader Alloula d’Oran (TRO).

«Papicha», «Djenia» et «Zeus» au ciné club

A côté de la salle de 120 places, il y aura un cafétéria culturel où seront organisés, entre autres, des ventes de livres ou des expositions artistiques. La Fourmi, un théâtre indépendant, sera ouvert trois jours par semaine, jeudi, vendredi et samedi avec deux séances à 16 h et 20 h. « Nous voulons encourager les gens pour les sorties nocturnes. Le théâtre est situé dans le nouveau centre-ville d’Oran, à USTO, doté d’un parking. Un quartier qui sera desservi par le métro aussi », indique-t-il.

La programmation se décline sur cinq chapitres avec comme objectif la qualité : stand up et One man show, ciné club, club littéraire, concerts de musique et Master Class. Le Ciné club et le club littéraire seront mensuels. Trois films sont déjà retenus pour le Ciné Club : « Papicha » de Mounia Meddour, « Djenia » de Karim Bahloul et  « Zeus » de Paulo Filipe Monteiro.

« Il seront projetés par Blue Ray. Pour le club littéraire, des débats sont prévus avec Yasmina Khadra, Maissa Bey, Waciny Laredj et Khaled Boudaoui autour de leurs derniers romans. « Nous privilégions la musique de chambre, les récitals de piano et la musique expérimentale. Déjà Lila Borsali nous propose un concert andalous avec une orchestration réduite. Yasmine Amari viendra aussi pour la présentation de son dernier album, sorti en France. Pour les stand up, les spectacles restent à l’affiche tant que 80 % de la salle est remplie pour chaque représentation. En dessous de ce seuil, le spectacle sera changé. Les représentations ne se feront plus à tour de rôles, mais au mérite. Les artistes prendront 50 % des recettes de la billetterie. Après, ça sera au cas par cas. Tout est à l’étude  », précise Mourad Senouci.

Un projet d’une salle de 400 places

Des Master Class sont également prévus avec un scénariste franco-canadien, un chef opérateur italien et une danseuse de flamenco algéro-espagnole Samara. « Nous avons également prévu un master class avec Kamel Daoud sur comment écrire un roman. Il est destiné aux étudiants et lycéens. Les master class, les spectacles stand up et les concerts de musique seront payants. On n’a pas encore fixé les prix, mais les billets seront vendus à plus de 800 dinars. L’accès aux ciné club et au club littéraire se fera sur inscription. A chaque fois, il y a aura deux séances », indique encore Mourad Senouci.

Selon lui, l’investissement dans une salle de 120 places ne sera pas amorti avant cinq ans. Mohamed Affane envisage de lancer un deuxième projet, une salle de 400 places, au quartier USTO aussi, qui sera dotée d’un DCP pour les projections cinéma. Une fois cet espace culturel ouvert, en septembre 2021, le théâtre de la Fourmi sera consacré uniquement aux jeunes découvertes.

Article précédentMila: secousse tellurique de 4,9 degrés à Hammala
Article suivantVaste mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux près les cours de justice

1 commentaire

Laisser un commentaire