Plusieurs centaines de femmes ont manifesté ce 8 mars à Alger-centre à l’occasion de la journée internationale des droits de la femme. Elles ont déployé leurs revendications sur des banderoles et pancartes, exigeant l’annulation du code de la famille, l’égalité dans l’héritage, une réhabilitation du sens de cette journée, et biens d’autres revendications.

« Cette date n’est pas une fête, mais une journée durant laquelle nous rappelons les luttes des femmes pour l’égalité. C’est une journée pour rappeler les injustices que subissent les femmes, et mettre la lumière sur les pratiques, les lois et les comportements dans la société qui réduisent la femme à une mineure toujours sous la tutelle d’un homme », précise une militante qui souligne que ce message s’adresse autant aux hommes qu’aux femmes.

Des militantes ont lancé un appel à rassemblement il y a quelques jours pour marquer cette date du 8 mars. Citoyennes et activistes se sont rassemblées à la place Maurice-Audin avant de commencer une marche en direction de la grande poste.

Sur leurs banderoles et pancartes on pouvait lire « stop à l’harcèlement sexuel », « le corps de la femme n’est ni un défouloir pour les hommes, ni un objet de convoitise », « abrogation du code de l’infamie » … etc.

LIRE AUSSI : Féminicide en Algérie: des spécialistes en parlent

« Nous brandissions les deux portraits de Nabila Djahnine et Chaima. Nabila a été assassinée en 1995 par des terroristes et Chaima, brulée vive en 2020. Après 25 ans, nous sommes toujours face à la même réalité; des hommes tuent des femmes », déplore une manifestante.


Plusieurs cortèges de femmes ont rejoint ensuite le groupe qui a entamé la marche à partir de la place Audin.

Les voix de ces manifestantes se sont élevées lors de cette marche où l’on dénonçait notamment les féminicides. Une minute de silence a été observé à la mémoire des victimes. Elles réclament également l’égalité dans l’héritage en scandant « égalité de l’héritage entre frères et sœurs ».

« L’égalité successorale est également une urgence. Un homme qui grandit en sachant qu’il a une part plus élevée dans l’héritage, se sentira toujours supérieur. Alors qu’aujourd’hui nous avons besoin de mener ce combat ensemble entre homme et femme » précise une jeune militante.

Des hommes se sont joints à cette marche qui s’est clôturée par une rassemblement au niveau de la grande poste. Des tensions ont émaillées la manifestation. Des groupes de manifestantes se sont insurgées contre les slogans qui ne cadraient pas , à leurs yeux avec les revendications essentielles du 08 mars. Certaines avaient commencé à scander des slogans politiques relayés lors des manifestations des vendredis avant d’être corrigées par d’autres qui estimaient que cette journée est dédiée à un combat précis : celui des droits des femmes.

Article précédentCoronavirus: au moins 100.000 doses de vaccins administrées en Algérie
Article suivantCoronavirus: 148 nouvelles contaminations, 05 décès en 24h

Laisser un commentaire