5 juillet : Le général à la retraite Hocine Benhadid invité à la réception du chef d’Etat-major

0
Le général à la retraite Hocine Benhadid invité à la réception du MDN
Facebook

La présence du général à la retraite Hocine Benhadid a fait dimanche soir l’évènement lors de la réception présidée par le chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP), le Général de corps d’Armée, Saïd Chanegriha. Ce dernier a présidé au Cercle national de l’Armée à Béni-Messous à Alger une cérémonie d’échange de vœux en l’honneur de hauts cadres de l’ANP en activité ou à la retraite et de hauts responsables de l’Etat à l’occasion de la commémoration du 58e anniversaire de la fête de l’indépendance.

Le général à la retraite a été reçu par l’hôte de la cérémonie en personne. D’autres photos publiées sur les réseaux sociaux l’ont montré en compagnie de hauts responsables de l’Etat dont le premier ministre Abdelaziz Djerad et le chef de l’APN Slimane Chenine.

Le général à la retraite Hocine Benhadid en compagnie des hauts responsables d l’Etat

Cette invitation a été interprétée par certains observateurs comme une volonté de Said Chengriha, Général du Corps d’armée, fraichement confirmé, chef d’état major, de tourner la page de la période mouvementée de son prédécesseur feu Ahmed Gaid Salah.

Ont pris part à cette cérémonie, le président du Conseil de la nation par intérim, Salah Goudjil, le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Slimane Chenine, le président du Conseil constitutionnel, Kamel Fenniche, et le Premier ministre, Abdelaziz Djerad.

Etaient également présents à cette cérémonie, le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud, le ministre des Moudjahidine et des Ayant droits, Tayeb Zitouni, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, ainsi que des membres du gouvernement, des personnalités nationales et moudjahidine.

Article précédentDécès du célèbre compositeur italien Ennio Morriconne
Article suivantLe puzzle constitutionnel algérien (première partie)

Laisser un commentaire