11e FICA : la projection du film « Al Akhira » annulée

0
11e FICA : la projection du film
Google Actualites 24H Algerie

Prévu pour la cérémonie de clôture du 11ème Festival internationale du cinéma d’Alger (FICA), samedi 10 décembre, « Al Akhira » (The last queen), film franco-algérien, est déprogrammé.


Les organisateurs du FICA ont annoncé, dans la soirée de mercredi 7 décembre, que le long métrage réalisé par Damien Ounouri et Adila Bendimerad ne sera pas projeté comme annoncé précédemment.


« Le ministère de la Culture et des Arts nous informe, en se référant à la loi 11/03 du 17 février 2011 relative à la cinématographie et au décret 13/276 relatif à la délivrance des visas cinématographique, que le film « La dernière reine » n’a pas reçu de visa de diffusion (exploitation) car il n’a pas encore été présenté en avant-première organisée par le ministère de la Culture et des Arts », est-il souligné dans un communiqué.
« En conséquence, le comité d’organisation du festival annonce que le film « la dernière reine », programmé en clôture du festival, ne sera pas projeté », est-il ajouté. 


Les organisateurs ne commentent pas la décision

L’article 20 de la loi 11/03 du 17 février 2011 relative à la cinématographie précise que toute exploitation commerciale d’un film cinématographique sur le territoire national ainsi que des supports publicitaires y afférents est soumise à un visa préalable délivré par le ministre chargé de la culture « après  accord de la commission de visionnage des films, dans les soixante (60) jours qui suivent la date du dépôt de la copie du film, objet de la demande de visa ».


« Si, à l’échéance du délai fixé ci-dessus, il n’y a pas de réponse, cela est considéré comme une décision d’accord », est-il ajouté
Sollicité par 24H Algérie, le comité a souhaité ne pas commenter la décision du département de Soraya Mouloudji. Le comité n’a pas encore pris de décision sur le remplacement d’Al Akhira par un autre long métrage pour la cérémonie de clôture.


« Le Festival d’Alger nous a prévenu il y a quelques heures de l’annulation de la projection du film « La Dernière Reine ». Voici le communiqué du festival. Nous n’en savons pas plus. Nous espérons pouvoir projeter le film en Algérie bientôt. Nous vous informerons dès que nous aurons plus d’informations », a écrit Adila Bendimerad sur son compte Facebook.


 « Annulation de la projection « de La dernière reine » deux jours avant le J, je ne trouve pas les mots », a réagi, pour sa part, la comédienne Imen Noël sur  Facebook.


« Zaphira, prise en otage par les corsaires »

« 1516. Appelé à l’aide par le Roi Salim Toumi, le corsaire Aroudj Barberousse libère la ville d’Alger de l’occupation espagnole. Quelque temps plus tard, Salim Toumi est assassiné. Ce jour-là, de nombreux dignitaires, membres du conseil ainsi que la première épouse désertent Alger. Seuls restent la seconde épouse Zaphira, son fils Farès et le peuple, pris en otage par les corsaires. L’aura de Zaphira grandit et Aroudj la demande en mariage pour unifier la population.

Zaphira refuse farouchement et l’accuse publiquement du meurtre de son époux. Aroudj, à qui rien ni personne n’a jamais résisté, se retrouve défié par une femme et sa curiosité va se transformer en véritable obsession », détaille le producteur français Agat Films & Cie à propos de l’histoire racontée par « Al Akhira ».


Agat Films & Cie est un collectif de producteurs français. Il s’est associé à Taj Intaj, société de production d’Adila Bendimerad et de Djaber Debzi, au CADC, Centre algérien de développement du cinéma, et à Birth, entreprise française de Hugo Legrand-Nathan et Lila Graffin, pour produire « Al Akhira », déjà projeté à la Mostra de Venise et à au festival Red Sea en Arabie Saoudite.
Le long métrage a été soutenu également par, entre autres, des fonds qatari, saoudien et libanais.

Le film est distribué à l’international par la société française Jour 2 Fête.

Article précédentAir Algérie veut faire de l’aéroport Houari-Boumediène un hub : 3 vols domestiques matinaux pour faciliter le transit
Article suivant11e FICA: « De nos frères blessés » ou l’amour et l’injustice en temps de guerre

Laisser un commentaire